Archives de Catégorie: Pause… Lire

Des livres. Des BD. Des Blogs. Des découvertes. Des auteur(e)s. Des partages. Des rencontres… épistolaires … fantasmées… réelles….

Retrouvailles…

C’est comme lorsqu’on retrouve une vieille connaissance un peu perdue de vue. On n’est pas sûr qu’on va se reconnaître. Un peu fébrile. Est ce qu’on va se tomber dans les bras ? Parce que quand même dans le temps on s’est beaucoup fréquenté, on était très proche, assez intime même. Ou plutôt se renifler un peu quelque temps à distance respectueuse ? Histoire de ne pas se ridiculiser parce que dans l’intervalle, on veut croire qu’on a un peu mûri, moins démonstratif, moins expansif, moins exubérant, moins « dans l’affect », moins vulnérable donc. On a envie de l’embrassade. Mais on craint quand même un peu la rebuffade. Des fois que l’autre serait passé du côté des Autres ! De ceux qui se retiennent, qui contiennent, qui s’empêchent, qui réservent, qui ne se mouillent pas, plus « dans le rationnel », mieux préservé donc… Plus sec ?

Alors on s’embrasse direct … ou on se renifle un chouille ?

Et sinon, hier soir un blogueur « influent » était à mes pieds… pour la Nuit Africaine 2.0

La photo n’existe pas, sauf dans ma mémoire indélébile et celle des autres clients présents.

Et pourtant, foi de Miss ADN, j’aurais enlevé ma chemise sur place (si, si, promis) au milieu de la terrasse de l’hôtel Hyatt (oui celui de la rue de la Paix comme au Monopoly) pour pouvoir publier ici l’image de ce blogueur très « influent », dixit ma twitteuse voisine et amie Sandrine, très gratteur à rebrousse poil (la lecture de fond en comble de son blog me conforte), avec son casque sur les cuisses, deux genoux à terre devant moi et sous le regard médusé des consommateurs alentour parce que je ne me suis pas levée au moment où il quittait les lieux passant devant notre table et que je l’ai alpagué salué. Il faut croire que ma conversation (non, pas mon décolleté très modeste et très assumé) l’a retenu suffisamment longtemps pour retarder cette jeune femme blonde qui l’accompagnait. Mademoiselle, vous qui d’aventure ne me lirez jamais : pardon !

Comment ça, je vous fais languir ? Je vais me gêner tiens ! Ce billet constituera sans doute ma seule heure d’une gloire éphémère (ça au moins, c’est pris !)

Ce blogueur, donc, que j’ai rencontré pour la première fois à l’occasion du shooting d’un clip qui risque bien de devenir le tube de l’été (mais là je digresse, faites excuse) ce blogueur disais-je était cette fois précédente, lui debout, et moi assise, once and again.  Et franchement, en dépit de mes efforts pour bien tenir mon rôle de liant entre les blogueurs présents – j’ai rencontré des perles de twitteuses Julie, Hédia, Manu, Solange… et des amours de twitteurs Kaysha, Nico, Jérôme, sans compter mes retrouvailles pour de vrai avec la Manou des ménagères de moins 50 ans (mais c’est une autre histoire :)), il est clair qu’entre ce blogueur là et mon ADN à moi,  le courant ne passait pas.

J’ai renoncé humblement. On ne peut pas plaire à tout le monde.

Et puis bon, qui suis-je moi après tout, petite blogueuse à la semaine depuis juin 2005 (une éternité à l’aune de la blogosphère) mais qui n’ai rien posté depuis bientôt un an sur les Chroniques d’une reconversion annoncée; petite twitteuse à l’ADNclient avec mes 336 fauxlovers et mes modestes 2000 tweets (1928 pour être exacte) ; qui suis-je donc pour oser interpeler et retenir l’attention d’un blogueur « influent » aux 10833 followers et 22964 tweets.

Peu importe qui je suis finalement, l’important pour moi étant que ce blogueur influent, qui semble faire la pluie et le beau temps sur la planète Blogosphère et son satellite Twitter, promette un article avant le concert au profit de l’association à laquelle j’offre mes jours et mes nuits et toute mon énergie disparue depuis près d’une année et retrouvée il y à peine un mois et demi à l’occasion d’un mémorable BarCamp auquel m’a invitée mon cher PPC blogueur et non des moindres.
BarCamp auquel je n’ai pas eu le plaisir de rencontrer le blogueur ‘influent’ qui n’avait pas pu se libérer pour phosphorer un samedi après-midi.

Peu importe qui je suis finalement, et surtout que je ne sois pas moi aussi suffisamment « influente » pour figurer au titre des blogueurs conviés à se trémousser sur fond de toile verte et au générique du dit clip. Mon égo s’en remettra aisément au regard de la richesse que m’apporte depuis quelques semaines cet engagement bénévole. Au regard du nombre impressionnant de personnes nouvelles dont j’ai croisé la route et qui font partie de ma nouvelle vie, de ce regain d’envie. Au regard des apprentissages nouveaux que cette implication m’apporte et qui nourrissent ma culture professionnelle chaque jour qui passe.

Peu importe qui je suis finalement, si ce soir ma confiance en moi -anonyme mais reconquise de haute lutte- me donne des ailes téméraires pour intercepter le blogueur influent, craint et respecté par ses pairs, pour le prier de réfléchir avec moi à la meilleure façon de transformer près de 30 000 vues du clip sur YouTube en autant de Like sur Facebook.

Peu importe qui je suis finalement, si au hasard des rencontres humaines et d’un Paris finalement si minuscule, j’obtiens grâce à l’influence de ce blogueur qu’un ‘chauffeur de buzz’ s’implique dans l’incroyable histoire de We Like The World pour transformer les vues du clip Nuit Africaine 2.0 sur YouTube en Like sur Facebook et des like en dons généreux.

Des dons sonnants et trébuchants pour que des petites filles puissent d’ici l’an prochain voir sortir de terre une école à Cissé Yargo au Burkina Faso.

Alors moi qui ne suis pas influente et ne publierai pas ce cliché inexistant d’un blogueur influent agenouillé au pied d’une bénévole anonyme, je serai fière et heureuse d’avoir contribué modestement avec ma passion, mon énergie pure, mon savoir faire professionnel enfin vraiment employé pour une cause méritante et mon envie de dévorer la vie toute requinquée à ce magnifique projet que mettent en oeuvre autour du monde Estelle Héloïse et Frédéric Colas : We Like The World.

Construire une école au Burkina Faso avec WeLikeTheWorld

PS1 : Les blogueurs présents au générique de la Nuit Africaine 2.0  KayshaCyril PaglinoFanny BoutonThomas ClementPPCHediaMenageresdemoinsde50ansSabineleblogdelablonde,BuzzParadiseGregory PouyOhmybloogness.com,Legrigriinternational.com, e_influenceurLes Pensées de Manu,Julie NavarroMashableMinuteBuzzCharles LiebertEric MaillardMyBigooBlog, Floriane Pelletier, Romain Simonin …

PS2 : le terme fauxlovers est un dérivé de l’expression fauxloveuses emprunté à PPC

PS3 : vous n’avez trouvé aucun lien vers le blogueur influent ? c’est normal. Laissons lui une chance de se manifester à découvert.

%d blogueurs aiment cette page :